Accroître le nombre d’apprentis et développer l’apprentissage pour une meilleure insertion professionnelle
Pourquoi ?

Augmenter le nombre d’apprentis, y compris des femmes, dans des filières choisies et augmenter la part d’apprentis préparant un niveau de qualification III et au-delà. La problématique de l’abandon sera traitée.

Promouvoir l’apprentissage, notamment envers les publics jeunes les plus éloignés de l’emploi (décrocheurs, NEET…) comme vecteur d’insertion professionnelle durable.

Pour qui ?

Publics cibles : Jeunes, jeunes adultes

Bénéficiaires : Collectivités territoriales/Chambres consulaires/CFA/Organismes de formation

Pour quelles actions ?
  • Mieux faire connaître les filières d’avenir et orienter ainsi les apprentis potentiels vers des métiers à potentiel identifié à partir de l’analyse des besoins des entreprises ;
  • Développer l’apprentissage, y compris transfrontalier. En effet, la situation démographique allemande ainsi que le dynamisme des économies des Länder frontaliers de l’Alsace offre des perspectives de débouchés importants même si le nombre de jeunes potentiellement concerné reste limité. De manière générale, il s’agit de développer les flux de jeunes alsaciens entrant dans des formations en alternance / apprentissage leur permettant d’accéder au marché de l’emploi, en Alsace comme en Allemagne. Ceci suppose, notamment, des efforts importants de promotion, d’orientation, de communication et d’adaptation des formations.
  • Lutter contre des facteurs d’échecs identifiés, à savoir la difficulté dans la mise en relation jeune/entreprise ou l’abandon de l’apprentissage lié à des difficultés de l’entreprise ou de l’apprenti lui-même.
Dépenses éligibles
  • Les dépenses directement liées à l’opération (exemple : frais de rémunération et frais de fonctionnement directs telles que les prestations extérieures, frais de déplacement et d’hébergement, etc..) et les coûts indirects (frais généraux de fonctionnement).

Sont inéligibles :

  • Les frais financiers : intérêts débiteurs, agios, frais de change, autres frais purement financiers.
    En revanche lorsque la mise en œuvre de l’opération nécessite l’ouverture d’un ou de plusieurs comptes séparés et qu’il y a une clause explicite dans la convention, les frais bancaires y afférents sont éligibles
  • La TVA et taxes récupérables,
  • Les amendes, pénalités financières et frais de contentieux.
Critères de sélection

Les principes directeurs retenus pour la sélection des actions reposent sur :

  • La qualité du projet et de suivi du public,
  • La valeur ajoutée apportée par le FSE au regard des dispositifs du droit commun, et des objectifs du PO,
  • Le public-cibles prioritaires,
  • La capacité financière de l’opérateur à avancer les dépenses dans l’attente du remboursement de l’aide FSE,
  • La capacité de l’opérateur à mettre en œuvre les moyens nécessaires, humains et administratifs, pour assurer la bonne gestion de l’aide FSE,
  • L’effet levier du projet proposé pour l’emploi,
  • la commande pourra se faire via un appel à projet ciblé afin de garantir une conduite d’objectifs précis à définir préalablement.
  • Les actions de formation permettant au maximum la pérennité dans l’emploi.

 Les actions de formations retenues s’inscriront dans la politique régionale de formation professionnelle qui repose sur une identification des besoins des territoires opérée par les agences des territoires.

Les opérations sont sélectionnées dans la mesure où elles contribuent à l’atteinte des objectifs fixés dans le programme :

  • actions à visée qualifiante et surtout diplômante
  • repérage des besoins à travers les diagnostics territoriaux, métiers en tensions
  • moyens innovants et/ou adaptés à l’individualisation pédagogique
  • identifier et remédier à l’abandon en apprentissage, le suivi des apprentis en difficulté, afin qu’il n’y ait pas de rupture en cours d’année, qui s’accompagnera par l’appui des développeurs en CFA

 En terme, de traitement administratif, les pratiques visant à réduire les émissions de carbones (dématérialisation en particulier) seront encouragées tant auprès des bénéficiaires que des services gestionnaires.

Les programmes de formation à destination des demandeurs d’emploi pourront cibler des qualifications aux métiers verts. Ce critère sera systématiquement privilégier dans le choix des actions de formations éligibles.

Les projets ayant pour thématique principale le développement durable, la croissance verte, seront naturellement privilégiées, et un taux bonifié de +10% sera appliqué à ces projets afin d’encourager cette démarche durable.

Où ?

Les projets devront se dérouler sur le territoire alsacien.

Quel financement ?

Le taux moyen d’intervention du FSE est égal à 50% du coût total du projet.

Contact
  • Région Alsace - Direction des Relations Européennes et Internationales03 88 15 66 51