Mobilisation des employeurs et des entreprises dans les parcours d’insertion
Pourquoi ?

La mobilisation renforcée des employeurs permet de faciliter l’accès des publics les plus éloignés de l’emploi à une plus large palette de choix professionnels et d’opportunités d’emplois.

Par ailleurs, cette mobilisation offre la possibilité de mettre en perspective la responsabilité sociale des entreprises.

Enfin, cette approche participe au renforcement de la coopération entre les entreprises et les structures d’insertion par l’activité économique. L’ingénierie de ces parcours peut donc être améliorée dans la relation avec les employeurs, la mise en activité et l’accompagnement dans l’emploi.

Pour qui ?

Cette mesure s’adresse à tous les acteurs de l’offre territoriale d’insertion, en particulier :

  • les Départements,
  • les structures porteuses d’un Plan local pour l’insertion et l’emploi,
  • les maisons de l’emploi,
  • les acteurs du service public de l’emploi,
  • les structures d’insertion par l’activité économique,
  • les structures offrant des solutions pour la levée de freins sociaux ou professionnels à l’emploi…
  • ainsi que les employeurs, leurs réseaux,
  • les partenaires sociaux et branches professionnelles,
  • les établissements publics et privés.
Pour quelles actions ?

Les actions soutenues dans le cadre de cette mesure sont, dans un premier temps celles visant à la mobilisation renforcée des employeurs permettant de faciliter l’accès des publics à une plus large palette de choix professionnels et d’opportunités d’emploi, par le biais :

  • De l’intégration d’une dimension « inclusion » dans la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale et dans le dialogue social territorial : mobilisation des entreprises, filières, branches professionnelles, acteurs territoriaux de l’inclusion et partenaires sociaux ;
  • Du développement de l’expérimentation de nouvelles pratiques partenariales de collaboration avec les employeurs, les partenaires sociaux, les représentants des branches et les acteurs de la GPECT dans la définition des stratégies de lutte contre la pauvreté et l’inclusion ;
  • De la capitalisation et la valorisation d’expériences / expérimentations réussies avec les employeurs ;
  • D’actions permettant de développer la clause sociale dans les marchés de l’Etat, des collectivités locales et des établissements publics et privés : sensibilisation, conseil et travail partenarial avec les donneurs d’ordre, diagnostic des opérations, rédaction et inscription des clauses sociales dans les appels d’offres, information et accompagnement des entreprises, ciblage des publics en insertion et mise en relation avec les entreprises adjudicataires, accompagnement dans l’emploi ; la promotion et l’évaluation des clauses d’insertion dans les marchés publics et dans les achats privés.
  • De la définition d’approches et de méthodes adaptées pour identifier les employeurs volontaires et les mobiliser dans le cadre des parcours d’insertion, afin de développer les solutions de mise en activité et de retour à l’emploi ;
  • Des démarches de médiation vers l’emploi visant à travailler conjointement les besoins de l’entreprise et les compétences du futur salarié ;
  • Des démarches d’animation territoriale visant à rapprocher les acteurs de l’emploi des branches et des partenaires sociaux ;
  • De démarches conduites au titre de la relation employés/employeurs de l’économie sociale et solidaire ;
  • De la formation et la professionnalisation des acteurs de l’insertion.

Dans un second temps cette action vise à soutenir le développement de la responsabilité sociale des entreprises : il s’agit de soutenir prioritairement les projets permettant l’intégration de publics très éloignés de l’emploi.

Enfin, bénéficieront du soutien financier du FSE les initiatives de coopération entre les entreprises du secteur marchand et les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) :

  • Accompagnements collectifs des entreprises du secteur marchand et des SIAE pour faciliter le rapprochement et les collaborations territoriales, notamment en permettant un accompagnement conjoint des entreprises et des structures d’utilité sociale ;
  • Le soutien et l’accompagnement des projets favorisant les relations et le rapprochement entre les SIAE et les entreprises du secteur marchand pour faciliter le retour des personnes vers l’emploi marchand.
Dépenses éligibles
  • Dépenses directes de personnel,
  • frais de fonctionnement,
  • prestations externes,
  • dépenses en nature,
  • dépenses indirectes (forfaitisées à 15%, 20% ou 40% selon les situations),
  • dépenses de tiers.
Critères de sélection

Les critères de sélection se basent sur :

  • la cohérence entre le projet et l’intitulé de l’action,
  • sa temporalité (particulièrement la viabilité de son calendrier de réalisation),
  • l’adéquation entre les moyens mis en œuvre et les résultats attendus,
  • la capacité du porteur de projet d’avancer les frais dans l’attente du versement de la subvention FSE,
  • l’intégration au projet de l’égalité homme/femme,
  • ainsi que la prise en compte des priorités transversales du programme (égalité des chances, développement durable, non-discrimination).

Enfin il est attendu du porteur de projet qu’il puisse, d’une part assumer les obligations communautaires de publicité, et d’autre part le suivi des participants de leur entrée à leur sortie du projet en respectant les exigences de la Commission Européenne en matière d’indicateurs.

Où ?

Sur tout le territoire alsacien.

Quel financement ?

Le taux d’intervention du FSE est au maximum égal à 50% du coût total du projet.

Contact
  • DIRECCTE - Service FSE03.88.15.43.55. alsace.fse@direccte.gouv.fr